La Réserve fédérale maintient les taux américains à 5,5%

La Réserve fédérale a décidé de maintenir les taux d’intérêt à 5,5% et d’arrêter les augmentations entreprises l’année dernière. Bien entendu, le président de la Fed, Jerome Powell, a clairement indiqué lors de son discours que l’inflation “reste très élevée”, ce qui laisse la porte ouverte à de nouvelles hausses avant la fin de l’année.

Ainsi, pour la deuxième réunion consécutive, le Federal Open Market Committee (FOMC) de la Réserve fédérale américaine maintient les taux d’intérêt dans la fourchette cible comprise entre 5,25% et 5,5%, aux niveaux les plus élevés depuis janvier 2001, avec pour objectif ” atteindre un taux d’emploi et d’inflation maximum à un taux de 2% à long terme”, a annoncé la banque centrale américaine.

L’institution a ainsi décidé de maintenir sa politique monétaire inchangée pour la deuxième fois, après avoir procédé en juillet à une nouvelle augmentation du prix de la monnaie de 25 points de base. La décision de la Fed intervient après qu’il a été révélé la semaine dernière que la plus grande économie mondiale avait connu une croissance plus élevée que prévu au troisième trimestre, lorsqu’elle avait enregistré une expansion de 1,2% par rapport au deuxième trimestre, où le PIB avait augmenté de 0,5%.

Pour sa part, le taux d’inflation interannuel s’est établi à 3,7% en septembre, répétant la hausse d’août, tandis que le taux sous-jacent, qui exclut l’impact de la volatilité des prix alimentaires et énergétiques, a atteint 4,1%, deux dixièmes de moins qu’en août. .

De même, l’indice des prix des dépenses de consommation personnelle, la statistique préférée de la Fed pour surveiller l’inflation, s’est établi à 3,4% sur un an en septembre, inchangé depuis août, tandis que les données sous-jacentes ont clôturé le neuvième mois de 2023. avec une augmentation de 3,7% , un dixième de moins que le mois précédent.

En ce sens, la Fed a noté que les indicateurs récents suggèrent que l’activité économique « s’est développée à un rythme soutenu au troisième trimestre », ajoutant que la croissance de l’emploi s’est modérée depuis le début de l’année, mais reste forte, et que le taux de chômage est resté faible. .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *